samedi 27 juin 2020

Prêts pour la couleur?



Hey! Êtes-vous prêts ? L’été est là, la chaleur aussi! C’est le moment de faire péter les couleurs. Et le moins que l’on puisse dire c’est que vous aurez, cet été, l’embarras du choix. S’il est vrai que la tendance fait la part belle aux couleurs pastels cette année (je reviendrai sur cela très prochainement) les couleurs vives ne sont pas en reste!

Pour cette tenue, j’ai décidé de mettre en avant ce top jaune de chez Boohoo. J’ai craqué sur lui pour deux raisons. Déjà son col carré, et ensuite ses manches froncées. Ni une, ni deux, il s’est retrouvé dans mon panier. 

Alors, je l’aime beaucoup mais je vous préviens, si vous avez une très forte poitrine, il vous faudra prendre une taille au-dessus de votre taille habituelle. Deuxième petit bémol, la doublure ne descend pas jusqu’en bas, elle a la dimension d’une brassière en fait, raison de plus de faire attention à la taille. 😉 (J’ai commandé  un 40, pour mon 95 C)

Hormis cela, je le trouve super beau, il est méga confortable, les finitions et la qualité sont impeccables et je le trouve super stylé. Je suis conquise.

Je vous mets les liens de la tenue juste après :
- Top Boohoo ici (existe aussi en bleu, lilas et noir)
- Jegging New Look, ancienne co, similaire ici (celui que je propose vient de la catégorie Tall pour mon petit mètre soixante treize mais il existe aussi en catégorie Petite et autres 😉)
- Foulard en guise de ceinture Kiabi , ancienne co, similaire ici
- Sac She In, dont l’anse dorée est enroulée autour du foulard, ancienne co, similaire ici





C’est parti pour un été coloré ! Enjoy 😎

Instagram  - Facebook  - 21 Buttons


lundi 22 juin 2020

Working girl vibes


La mode, dans le milieu du travail, n’est pas toujours facile à aborder. Les différents secteurs d’activités sont souvent très normés et il est difficile de sortir du « cadre ». Les fantaisies ne sont pas toujours bien perçues, pour autant, je pense qu’il est possible d’ajouter des touches personnelles qui font la différence grâce, notamment, aux accessoires.

Pour cette tenue très classique par exemple (mais super belle, vous avez vu comment cette jupe portefeuille flatte ma silhouette ? 😍 Je l’aime trop!) cette touche a été apportée par des boucles d’oreilles et un cartable en wax assortis.

Bon, malheureusement, il vous sera impossible d’avoir le même sac que moi car il s’agit d’une pièce unique. Mais la boutique d’où il provient en propose beaucoup, plus beaux les uns que les autres et, petite indiscrétion, un e-shop est en cours de création et vous permettra bientôt, même en-dehors de la Martinique, d’acheter vos tenues, sacs, bijoux... Affaire à suivre!

Vous osez porter des accessoires qui sortent un peu de l’ordinaire au bureau?

Je vous mets les références des articles:
Chemisier Asos, ancienne co, similaire ici
Jupe Kiabi ici
Escarpins Ego, ancienne co, similaires ici
Sac et boucles d’oreilles GDS KREATION (en attendant le site
vous pouvez les suivre sur Instagram )





Instagram   -  Facebook -  21 Buttons


samedi 20 juin 2020

Sororité or not sororité


J’ai toujours eu le compliment facile et décomplexé. Exprimer mon ressenti positif se fait naturellement et sans frein. Je dis ce que je perçois et je continue mon petit bout de chemin. Mais je me rends compte que cet exercice n’est pas aisé pour tout le monde.



Je reçois souvent des commentaires de femmes qui m’adressent des compliments qui sont immanquablement assortis d’excuses (comme si le compliment risquait de m’offenser) ou de précisions (notamment sur leur orientation sexuelle) comme si seules les femmes intéressées par les femmes pouvaient trouver d’autres femmes belles. 🤷🏽‍♀️

Généralement je m’en amuse, mais je trouve cela tellement fréquent que j’ai eu envie de m’interroger sur ce qui nous empêche, entre nous, d’être dans une démarche de valorisation respective totalement saine.  Je pense qu’une grande partie de cette problématique découle de notre conditionnement social et sociétal.

I - Les mythes

Qui n’a jamais entendu « les femmes entre elles sont des ******* » ou d’autres phrases de ce type? 



Il y a une telle diabolisation de nos rapports que cela donne vite l’impression que quoi que l’on fasse, il y a toujours une horrible jalouse cachée derrière un buisson prête à ruiner vos fleurs, voler la personne qui partage votre vie ou nuire à votre carrière. 
Toi qui lis ces lignes, te reconnais-tu dans cette description ? Il y a fort à parier que non. Pourquoi serais-tu l’unique exception ?
 Je pense que nous sommes très nombreuses à ne pas nous inscrire dans ce schéma. Les aprioris sont destructeurs et générateurs de peurs alimentées par nos propres idées fantasmées. Comme pour le racisme au final. 
Il est important de savoir prendre du recul vis à vis des mythes et légendes. (Pour autant, ne soyons pas naïves, les mégères, ça existe. Si tout le monde était gentil ça se saurait, ha ha. Mais on ne généralise pas! 😉)

II- Le manque de pureté des intentions

Autre dégât de notre société, les rapports humains sont très peu désintéressés. Ça entretient une certaine paranoïa et un mode de pensée malsain basé sur la flatterie.



On baigne dans une espèce d’hypocrisie et de politiquement correct qui empêche à beaucoup de personnes d’être authentiques. C’est bien dommage.
Pour ma part, ma bouche m’appartient. Mais surtout, je distingue flatterie et compliment. D’ailleurs, je considère qu’un compliment ça fait toujours plaisir. Je peux me tromper. Mais il y a tellement de pressions sur les femmes que je me dis que cela ne peut être que bénéfique d’entendre des mots valorisants. 
Je n’ai donc aucun problème à dire à une femme qu’elle est bien habillée ou à rassurer une collègue qui aurait peur de s’être mal exprimée ou encore à envoyer du love sur une insta copine que j’admire. Ça ne me coûte rien, ça ne m’enlève rien et ça fait du bien à la personne qui reçoit. 
Alors effectivement, ça ne me rapporte rien de palpable pour ceux qui pourraient être tentés de croire que c’est de la lèche. Je ne perdrai pas mon énergie à leur expliquer en quoi donner sans rien attendre en retour est satisfaisant à bien des égards. Par contre, je plains la pauvreté de leurs rapports humains. Il y a plus de plaisir à donner qu’à recevoir...

III - L’hyper sexualisation

Dernière conséquence de notre environnement que j’évoquerai mais certainement pas la dernière raison à ce problème de solidarité féminine. 
Tout ou presque maintenant est revêtu de connotations sexuelles. Je trouve cela dommage car ce n’est pas ainsi que je vois le monde. 



Pour moi beauté n’est pas synonyme de désir. La beauté, dans mon esprit est asexuée. D’ailleurs je dis souvent que la beauté est partout. Je la vois dans tout ce que je regarde. C’est un regard détaché qui constate un état de fait mais qui ne se projette pas nécessairement dans une concrétisation autre.
Du coup, quand quelqu’un m’adresse un compliment, homme ou femme, dans mon esprit ce n’est pas une approche mais la verbalisation du constat, qu’à l’instant T, ce que je représente a plu. Ça ne va pas plus loin. 
Donc je ne me prive pas d’adresser des compliments, et ça ne veut pas non plus dire que je cherche quoi que soit. Je suis du genre directe/transparente. Inutile de chercher des sens cachés à mes mots. 

Bon, tout cela, c’est bien beau. Mais vu tous les schémas psychologiques biaisés qui nous polluent, que faire pour assainir nos rapports?

IV - Se déconstruire pour mieux se réapproprier

Nous sommes le fruit de notre éducation et de nos choix mais nous avons tous la possibilité de nous éloigner des croyances limitantes qui nous ont été inculquées afin d’embrasser un mode de pensée différent et je pense que cette déconstruction permet de s’appréhender soi-même, de se connaître et d’agir de la façon qui nous correspond le mieux. Pour cela, il suffit de s’autoriser à questionner notre environnement.
Alors oui ça fait peur de sortir de la petite case que la société nous a attribuée. Elle est petite mais si confortable face à l’inconnu. Le choix d’en sortir ou d’y rester vous appartient.
Mais il y a un monde en-dehors de cette case, que vous en sortiez ou pas n’y change rien.
Il existe une phrase à la fois humble et provocatrice que j’aime beaucoup qui consiste à dire : « la seule chose que je sais, c’est que je ne sais rien. » En effet, hormis les choses que nous avons nous-mêmes expérimentées et qui ne peuvent être généralisées, tout ce que nous croyons savoir nous a été appris. Imaginez un seul instant que tout ne soit pas vrai... touchez du doigt les perspectives qui s’offrent à nous. 
Alors, bien sûr, dans notre vie nous croiserons sûrement des personnes qui rentrent dans les 3 catégories recensées en début d’article, mais est-ce que ça justifie que l’on se prive d’échanges enrichissants et bienveillants envers la grande majorité des autres personnes formidables que la vie placera sur notre chemin?
N’hésitez plus: complimentez, encouragez, donnez la force. Et surtout ne vous en excusez pas!
Il n’y a rien de mal à cela. Je rêve peut-être un peu trop mais je crois que nous pouvons réussir à construire un monde où une vraie solidarité féminine existera. Ça dépend de chacune d’entre nous...


Je vous embrasse ❤️

Instagram  - Facebook


mardi 9 juin 2020

Graou



Vous n’avez pas pu passer à côté de la tendance « imprimé animal » ces derniers mois (que dis-je, années) et notamment de l’imprimé léopard.

Si j’aime en porter par petites touches, il est rare que je me laisse tenter par des pièces entièrement couvertes par des imprimés, ou alors je les porte très peu. (J’ai un jean imprimé léopard, en tout et pour tout je l’ai porté deux fois. C’est scandaleux 😅)

Néanmoins, quand j’ai vu cette robe en me baladant sur le site de Boohoo, j’ai tout simplement craqué. Je trouvais la longueur parfaite, l’imprimé bien dosé, et surtout, le détail des fronces donnait un style qui m’a tout de suite séduite.

Je l’ai associée à une veste crème et à des accessoires dorés, et je trouve qu’elle donne un petit air de femme fatale. 🔥 J’aime beaucoup le rendu!

Petit conseil taille: je fais du 40/42. N’étant pas sûre du tissu, je l’ai commandé en 42 et j’ai bien fait. La matière est un peu élastique mais pas beaucoup, et surtout, les bretelles ne sont pas réglables, donc pour un peu que comme moi, vous ayez une belle carrure d’épaules et de la poitrine, vous risquez l’étranglement, ha ha. Donc si vous êtes entre deux tailles, prenez la plus grande.
Sinon, je mesure 1,73m et elle m’arrive mi-cuisses.


Pour shopper la tenue:
Robe Boohoo ici
Veste Kiabi ici
Ceinture Kiabi (ancienne co) similaire ici
Boucles d’oreilles Boohoo (ancienne co) similaires ici
Lunettes Gucci (ancienne co) similaires ici




Comment auriez-vous porté cette robe? Vous pensez craquer pour l’imprimé léopard cette saison ?

Instagram  - Facebook  -  21 Buttons