vendredi 3 juillet 2020

Monochrome



S’il y a bien une tendance qui me fait craquer cette saison, c’est le monochrome. Porter une tenue entière, d’une seule couleur, en jouant sur les nuances, je trouve cela extrêmement satisfaisant. 

Pour mon premier outfit du genre, j’ai opté pour la couleur que je porte le moins: le rose! 😅 Je pense d’ailleurs que je dois porter, sur ces photos, presque toutes les pièces roses de ma garde robe. Mais je trouvais qu’il y avait une telle énergie qui se dégageait de cette association, j’étais obligée de sauter le pas. 

Il s’agit, en outre, d’une tenue 100% « old collections », aucune pièce neuve, que des fonds de placards. Une manière pour moi de vous rappeler que souvent, tout ce dont vous avez besoin se trouve déjà dans votre dressing! 😉 

J’ai, enfin, eu envie de mettre ma touche personnelle dans cette tenue. J’ai vu énormément de looks monochromes en pantalons, shorts courts, bermudas... mais quid des jupes que j’affectionne tant! 

Résultat, j’ai créé une tenue qui me ressemble et qui me plait. On ne le dira jamais assez, affirmez votre style, appropriez-vous les tendances. Faites-en quelque chose qui vous est propre!

Allez, je vous laisse avec les photos et quelques liens, tout de même, pour l’inspiration.
Alors, le monochrome, on valide ou pas? Moi je suis fan!

Blazer, POURQUOI PAS PARIS, ancienne co, similaire ici
Débardeur, KIABI, ancienne co, similaire ici
Jupe, 3 SUISSES, ancienne co, similaire ici
Sandales, FASHION NOVA, ancienne co, similaire ici











samedi 27 juin 2020

Prêts pour la couleur?



Hey! Êtes-vous prêts ? L’été est là, la chaleur aussi! C’est le moment de faire péter les couleurs. Et le moins que l’on puisse dire c’est que vous aurez, cet été, l’embarras du choix. S’il est vrai que la tendance fait la part belle aux couleurs pastels cette année (je reviendrai sur cela très prochainement) les couleurs vives ne sont pas en reste!

Pour cette tenue, j’ai décidé de mettre en avant ce top jaune de chez Boohoo. J’ai craqué sur lui pour deux raisons. Déjà son col carré, et ensuite ses manches froncées. Ni une, ni deux, il s’est retrouvé dans mon panier. 

Alors, je l’aime beaucoup mais je vous préviens, si vous avez une très forte poitrine, il vous faudra prendre une taille au-dessus de votre taille habituelle. Deuxième petit bémol, la doublure ne descend pas jusqu’en bas, elle a la dimension d’une brassière en fait, raison de plus de faire attention à la taille. 😉 (J’ai commandé  un 40, pour mon 95 C)

Hormis cela, je le trouve super beau, il est méga confortable, les finitions et la qualité sont impeccables et je le trouve super stylé. Je suis conquise.

Je vous mets les liens de la tenue juste après :
- Top Boohoo ici (existe aussi en bleu, lilas et noir)
- Jegging New Look, ancienne co, similaire ici (celui que je propose vient de la catégorie Tall pour mon petit mètre soixante treize mais il existe aussi en catégorie Petite et autres 😉)
- Foulard en guise de ceinture Kiabi , ancienne co, similaire ici
- Sac She In, dont l’anse dorée est enroulée autour du foulard, ancienne co, similaire ici





C’est parti pour un été coloré ! Enjoy 😎

Instagram  - Facebook  - 21 Buttons


lundi 22 juin 2020

Working girl vibes


La mode, dans le milieu du travail, n’est pas toujours facile à aborder. Les différents secteurs d’activités sont souvent très normés et il est difficile de sortir du « cadre ». Les fantaisies ne sont pas toujours bien perçues, pour autant, je pense qu’il est possible d’ajouter des touches personnelles qui font la différence grâce, notamment, aux accessoires.

Pour cette tenue très classique par exemple (mais super belle, vous avez vu comment cette jupe portefeuille flatte ma silhouette ? 😍 Je l’aime trop!) cette touche a été apportée par des boucles d’oreilles et un cartable en wax assortis.

Bon, malheureusement, il vous sera impossible d’avoir le même sac que moi car il s’agit d’une pièce unique. Mais la boutique d’où il provient en propose beaucoup, plus beaux les uns que les autres et, petite indiscrétion, un e-shop est en cours de création et vous permettra bientôt, même en-dehors de la Martinique, d’acheter vos tenues, sacs, bijoux... Affaire à suivre!

Vous osez porter des accessoires qui sortent un peu de l’ordinaire au bureau?

Je vous mets les références des articles:
Chemisier Asos, ancienne co, similaire ici
Jupe Kiabi ici
Escarpins Ego, ancienne co, similaires ici
Sac et boucles d’oreilles GDS KREATION (en attendant le site
vous pouvez les suivre sur Instagram )





Instagram   -  Facebook -  21 Buttons


samedi 20 juin 2020

Sororité or not sororité


J’ai toujours eu le compliment facile et décomplexé. Exprimer mon ressenti positif se fait naturellement et sans frein. Je dis ce que je perçois et je continue mon petit bout de chemin. Mais je me rends compte que cet exercice n’est pas aisé pour tout le monde.



Je reçois souvent des commentaires de femmes qui m’adressent des compliments qui sont immanquablement assortis d’excuses (comme si le compliment risquait de m’offenser) ou de précisions (notamment sur leur orientation sexuelle) comme si seules les femmes intéressées par les femmes pouvaient trouver d’autres femmes belles. 🤷🏽‍♀️

Généralement je m’en amuse, mais je trouve cela tellement fréquent que j’ai eu envie de m’interroger sur ce qui nous empêche, entre nous, d’être dans une démarche de valorisation respective totalement saine.  Je pense qu’une grande partie de cette problématique découle de notre conditionnement social et sociétal.

I - Les mythes

Qui n’a jamais entendu « les femmes entre elles sont des ******* » ou d’autres phrases de ce type? 



Il y a une telle diabolisation de nos rapports que cela donne vite l’impression que quoi que l’on fasse, il y a toujours une horrible jalouse cachée derrière un buisson prête à ruiner vos fleurs, voler la personne qui partage votre vie ou nuire à votre carrière. 
Toi qui lis ces lignes, te reconnais-tu dans cette description ? Il y a fort à parier que non. Pourquoi serais-tu l’unique exception ?
 Je pense que nous sommes très nombreuses à ne pas nous inscrire dans ce schéma. Les aprioris sont destructeurs et générateurs de peurs alimentées par nos propres idées fantasmées. Comme pour le racisme au final. 
Il est important de savoir prendre du recul vis à vis des mythes et légendes. (Pour autant, ne soyons pas naïves, les mégères, ça existe. Si tout le monde était gentil ça se saurait, ha ha. Mais on ne généralise pas! 😉)

II- Le manque de pureté des intentions

Autre dégât de notre société, les rapports humains sont très peu désintéressés. Ça entretient une certaine paranoïa et un mode de pensée malsain basé sur la flatterie.



On baigne dans une espèce d’hypocrisie et de politiquement correct qui empêche à beaucoup de personnes d’être authentiques. C’est bien dommage.
Pour ma part, ma bouche m’appartient. Mais surtout, je distingue flatterie et compliment. D’ailleurs, je considère qu’un compliment ça fait toujours plaisir. Je peux me tromper. Mais il y a tellement de pressions sur les femmes que je me dis que cela ne peut être que bénéfique d’entendre des mots valorisants. 
Je n’ai donc aucun problème à dire à une femme qu’elle est bien habillée ou à rassurer une collègue qui aurait peur de s’être mal exprimée ou encore à envoyer du love sur une insta copine que j’admire. Ça ne me coûte rien, ça ne m’enlève rien et ça fait du bien à la personne qui reçoit. 
Alors effectivement, ça ne me rapporte rien de palpable pour ceux qui pourraient être tentés de croire que c’est de la lèche. Je ne perdrai pas mon énergie à leur expliquer en quoi donner sans rien attendre en retour est satisfaisant à bien des égards. Par contre, je plains la pauvreté de leurs rapports humains. Il y a plus de plaisir à donner qu’à recevoir...

III - L’hyper sexualisation

Dernière conséquence de notre environnement que j’évoquerai mais certainement pas la dernière raison à ce problème de solidarité féminine. 
Tout ou presque maintenant est revêtu de connotations sexuelles. Je trouve cela dommage car ce n’est pas ainsi que je vois le monde. 



Pour moi beauté n’est pas synonyme de désir. La beauté, dans mon esprit est asexuée. D’ailleurs je dis souvent que la beauté est partout. Je la vois dans tout ce que je regarde. C’est un regard détaché qui constate un état de fait mais qui ne se projette pas nécessairement dans une concrétisation autre.
Du coup, quand quelqu’un m’adresse un compliment, homme ou femme, dans mon esprit ce n’est pas une approche mais la verbalisation du constat, qu’à l’instant T, ce que je représente a plu. Ça ne va pas plus loin. 
Donc je ne me prive pas d’adresser des compliments, et ça ne veut pas non plus dire que je cherche quoi que soit. Je suis du genre directe/transparente. Inutile de chercher des sens cachés à mes mots. 

Bon, tout cela, c’est bien beau. Mais vu tous les schémas psychologiques biaisés qui nous polluent, que faire pour assainir nos rapports?

IV - Se déconstruire pour mieux se réapproprier

Nous sommes le fruit de notre éducation et de nos choix mais nous avons tous la possibilité de nous éloigner des croyances limitantes qui nous ont été inculquées afin d’embrasser un mode de pensée différent et je pense que cette déconstruction permet de s’appréhender soi-même, de se connaître et d’agir de la façon qui nous correspond le mieux. Pour cela, il suffit de s’autoriser à questionner notre environnement.
Alors oui ça fait peur de sortir de la petite case que la société nous a attribuée. Elle est petite mais si confortable face à l’inconnu. Le choix d’en sortir ou d’y rester vous appartient.
Mais il y a un monde en-dehors de cette case, que vous en sortiez ou pas n’y change rien.
Il existe une phrase à la fois humble et provocatrice que j’aime beaucoup qui consiste à dire : « la seule chose que je sais, c’est que je ne sais rien. » En effet, hormis les choses que nous avons nous-mêmes expérimentées et qui ne peuvent être généralisées, tout ce que nous croyons savoir nous a été appris. Imaginez un seul instant que tout ne soit pas vrai... touchez du doigt les perspectives qui s’offrent à nous. 
Alors, bien sûr, dans notre vie nous croiserons sûrement des personnes qui rentrent dans les 3 catégories recensées en début d’article, mais est-ce que ça justifie que l’on se prive d’échanges enrichissants et bienveillants envers la grande majorité des autres personnes formidables que la vie placera sur notre chemin?
N’hésitez plus: complimentez, encouragez, donnez la force. Et surtout ne vous en excusez pas!
Il n’y a rien de mal à cela. Je rêve peut-être un peu trop mais je crois que nous pouvons réussir à construire un monde où une vraie solidarité féminine existera. Ça dépend de chacune d’entre nous...


Je vous embrasse ❤️

Instagram  - Facebook


mardi 9 juin 2020

Graou



Vous n’avez pas pu passer à côté de la tendance « imprimé animal » ces derniers mois (que dis-je, années) et notamment de l’imprimé léopard.

Si j’aime en porter par petites touches, il est rare que je me laisse tenter par des pièces entièrement couvertes par des imprimés, ou alors je les porte très peu. (J’ai un jean imprimé léopard, en tout et pour tout je l’ai porté deux fois. C’est scandaleux 😅)

Néanmoins, quand j’ai vu cette robe en me baladant sur le site de Boohoo, j’ai tout simplement craqué. Je trouvais la longueur parfaite, l’imprimé bien dosé, et surtout, le détail des fronces donnait un style qui m’a tout de suite séduite.

Je l’ai associée à une veste crème et à des accessoires dorés, et je trouve qu’elle donne un petit air de femme fatale. 🔥 J’aime beaucoup le rendu!

Petit conseil taille: je fais du 40/42. N’étant pas sûre du tissu, je l’ai commandé en 42 et j’ai bien fait. La matière est un peu élastique mais pas beaucoup, et surtout, les bretelles ne sont pas réglables, donc pour un peu que comme moi, vous ayez une belle carrure d’épaules et de la poitrine, vous risquez l’étranglement, ha ha. Donc si vous êtes entre deux tailles, prenez la plus grande.
Sinon, je mesure 1,73m et elle m’arrive mi-cuisses.


Pour shopper la tenue:
Robe Boohoo ici
Veste Kiabi ici
Ceinture Kiabi (ancienne co) similaire ici
Boucles d’oreilles Boohoo (ancienne co) similaires ici
Lunettes Gucci (ancienne co) similaires ici




Comment auriez-vous porté cette robe? Vous pensez craquer pour l’imprimé léopard cette saison ?

Instagram  - Facebook  -  21 Buttons


mercredi 27 mai 2020

Le bonheur n’est pas dans le tour de taille

Il y a quelques temps, je vous partageais en story Instagram, des photos de mon évolution physique.
A la lumière de nos échanges virtuels, je me suis aperçue que beaucoup me trouvaient beaucoup plus épanouie que lorsque j'étais plus mince. (ce qui est vrai) D'autres m'ont confié que des complexes leur gâchaient totalement la vie alors qu'elles sont plus menues que moi. On peut parfaitement être complexée sans avoir de problèmes de poids. 
Me voici donc à écrire cet article pour partager mon cheminement car ce que la vie m'a appris c'est que malheureusement: non, le bonheur n'est pas dans le tour de taille.

Mais alors, comment être épanouie et bien dans son corps?



Dans un premier temps, je ne saurais trop vous recommander de prendre du recul vis à vis du jugement des personnes extérieures, en effet, c'est bien connu...

I - L'enfer c'est les autres! (Jean-Paul SARTRE)

Petit retour en arrière, j'ai 11 ans, je suis au collège, la plus jeune de ma classe (j'ai un an d'avance), la seule noire (mais dans cette histoire c'est anecdotique) la plus grande car j'ai déjà atteint ma taille adulte (1,73 m) et les garçons de la classe me prennent comme référence lorsque le prof de science nat' nous apprend que, je cite, "les hanches s'élargissent quand on devient une femme" et m'affublent de quolibets imagés. Ambiance.

J'aurais pu être flattée, mais en tant que marginale à tous points de vue, ce ne fut pas le cas. Autant dire que ma confiance en moi en construction a été considérablement entamée. Je n'étais clairement pas mûre ni prête pour cette sursexualisation alors qu'à l'époque mon activité principale en direction de la gente masculine était la distribution de baffes et les accolades musclées entre deux défis sportifs. Comme j'étais un garçon manqué, je suis vite passée maître dans l'art de dissimuler "la marchandise" sous de grands tee-shirts informes et de faire genre que rien (aucune parole ou action) ne m'atteignait.

Arrivée en Martinique, catapultée dans un monde aux normes totalement différentes j'accède au statut de morceau de viande désirable. (quelle promotion, c'est trop d'honneur.)  On me remarque trop. Les garçons me disent que je suis "en forme". Je déteste ça.



S'en suivent des années de comportements alimentaires borderlines, de pertes de poids express, de prises de poids tout aussi impressionnantes, on était parti pour 10 ans de yo yo. Mais rien ne fonctionne. Plus grosse ou plus mince, il y a toujours ce regard de l'autre qui ne te lâche pas, qui te jauge, qui t'évalue. Impossible de s'en défaire.

Et faut-il vraiment que je rappelle que notre chère société nous catégorise aussi en fonction de notre de notre poids et que "gros c'est caca", "mince c'est la réussite". (c'est encore pire dans les sociétés noires ou s'ajoutent aux critères de réussite la nature des cheveux et la couleur de peau. LE CAUCHEMAR! Non mais on est des êtres humains, c'est pas un concours canin ici) C'est encore plus exacerbé avec les réseaux sociaux où les gens se permettent des commentaires désobligeants qu'ils ne feraient jamais dans la vraie vie.

Or, à aucun moment je n'ai eu moi-même de problème avec mon image. A aucun moment je ne me suis dis de moi-même que je me sentais trop grosse, mince, grande, petite... Je calquais mon comportement sur la perception que les autres avaient de moi.

C'est terrible avec le recul, de se rendre compte combien le regard des autres peut avoir une importance dans nos vies, comment il nous dirige, nous domine, jusqu'à nous réduire au statut d'objet.

 (avant de poursuivre, je voudrais vous alerter sur le fait que nous sommes tous "l'autre" de quelqu'un. Faisons attention à notre façon de nous exprimer en direction des gens, de les regarder... afin de ne pas, nous-mêmes créer chez autrui des complexes destructeurs. Même pour rire, car ce n'est pas un sujet de rigolade. Sincèrement, faites passer le mot. On connait tous cette personne qui fait des blagues pas drôles sur le physique d'autrui. Dites-lui pour moi, que la prochaine fois, avant de l'ouvrir, qu'il tourne sa langue 7 fois dans sa bouche et qu'il la ferme!)



J'aurais bien du mal à vous dire quel événement fut déclencheur pour moi car il y en a eu plusieurs. Des gens que tu admirais te déçoivent. Tu te rends compte que certaines de tes "figures" de perfection sont finalement si banalement humaines que tu n'as plus envie de les "impressionner". Le drame c'est ça en fait, on y tend tous mais nul n'est parfait. Peu à peu, j'ai donc commencé à me détacher de l'opinion des autres et à me faire ma propre opinion sur moi-même. Mais autant vous dire que ce n'était pas encore la fin des ennuis car...

II - Nul n'est plus dur avec soi... que soi-même

Connaissez-vous l'auto-dépréciation? Cette tendance à toujours se dire que ce qu'on fait n'est jamais suffisant... Pendant longtemps j'en ai souffert. J'ai été élevée dans un mindset de winner et d'exemple. (beaucoup de 1ers  nés des fratries connaissent de près ou de loin ce sentiment de toujours devoir être parfait et infaillible) La deuxième place n'avait pas plus de saveur que la dernière. C'était la première place ou rien. C'est ce qu'on m'avait appris. Je pensais qu'on pouvait (qu'on devait) tout contrôler dans la vie. Le fameux "quand on veut on peut" bien culpabilisant résonne encore dans mon esprit.

Alors j'étais peut-être détachée du regard des gens, mais croyez moi, le mien n'était pas mieux. J'étais implacable.  Je devais être parfaite. A tous points de vue. Tout le temps. C'était épuisant.
Oh j'ai réussi pendant un temps, en tout cas, vu de l'extérieur. Mais c'est également la période de ma vie où j'ai été la plus malheureuse, comme quoi, l'un ne va pas forcément avec l'autre.

Aujourd'hui encore je suis une grande control freak mais de plus en plus je lâche prise. Disons que je choisis mes batailles.
Je lutte contre les pensées négatives et limitantes qui me viennent parfois et je transforme ces affirmations négatives en axes d'amélioration et en motivation.
Tu n'y arriveras pas devient fais de ton mieux.
Tu es grosse devient une autre coupe te mettrait plus en valeur.
etc...

Ce fut un long cheminement que d'apprendre à me regarder (esprit, âme et corps) avec bienveillance, amour et respect, et de comprendre que j'avais le droit d'être faillible. S'auto encourager et se donner le temps de réaliser les choses. Et puis être émerveillée par la sublime "machine" qu'est mon corps et réapprendre ses rouages et fonctionnement de base. S'apprivoiser. S'aimer ou tout le moins essayer.

C'est là où j'en suis aujourd'hui, et c'est ce à quoi je voudrais vous inviter...


III - Apprendre l'auto bienveillance et le self care


Nous en arriverons bientôt à la fin de cet article et à aucun moment nous n'avons parlé chiffres. Parce qu'en réalité, ce n'est pas important. Ce qui l'est en revanche, c'est de se traiter avec bienveillance. Comme le disait si bien Jim Rohn "prenez soin de votre corps, c'est le seul endroit où vous êtes obligé de vivre." Bien manger, dormir suffisamment, faire du sport, s'hydrater, s'offrir des moments de relaxation et de soins... tout ce qui contribue à un équilibre global.

Ce qui me semble important aujourd'hui et dont je suis fière, c'est d'avoir réussi le doublé qui consiste à m'affranchir du regard des autres et à adoucir le regard que je porte sur moi.

Ce qui me semble important c'est d'avoir compris que la nourriture n'est pas mon ennemie et que les calories/nutriments sont du carburant. Qu'il n'est pas utile de tout compter, qu'il faut juste apprendre à bien les choisir.

Ce qui me semble important c'est d'avoir intégré qu'une activité physique est bénéfique pour mon organisme et que je peux en pratiquer une sans que ça ne tourne à l'obsession ou à la compétition. 

Ce qui me semble important, bien plus que la taille de mes jeans, c'est de me sentir bien dans ma peau, à l'aise avec moi-même.

Je m'autorise à me sentir sexy, que dis-je, à être sexy. Pour moi. Juste pour moi. Ce que les autres en pensent...



Mais je me réjouis surtout d'être "fonctionnelle", car tellement d'incidents de la vie ou de maladies invalidantes peuvent nous faire perdre ce que nous tenons pourtant pour acquis.

Ce processus m'a appris que, quoi qu'on en pense, on ne contrôle pas grand chose dans la vie, et qu'être en bonne santé est mille fois plus précieux qu'entrer dans une fringue pas taillée pour ma morphologie, et que mon bonheur et mon bien-être ne sont pas liés à mon poids ou à ma taille.

D'aucuns diraient peut-être que c'est l'âge et la maturité qui me font parler ainsi. C'est surement le cas. Ben si grandir (vieillir) c'est s'aimer davantage, c'est peut-être pas si grave finalement.

Ne comptez pas sur moi pour ouvrir le chapitre de l'âge aujourd'hui hein. Un "soucis" à la fois. Ha ha.

Allez, prenez soin de vous les amis. Et n'oubliez pas de vous aimer inconditionnellement. Personne d'autre ne le fera pour vous... 

Inutile de vous comparer à une autre, vous êtes uniques et magnifiques telles que vous êtes, et croyez moi, ce que l'on voit et imagine des autres est souvent extrêmement fantasmé et n'a rien à voir avec la réalité. 

La beauté est dans la différence. Choisissez-vous. Soyez votre priorité. Ecoutez-vous. Aimez-vous.


Instagram - Facebook


lundi 4 mai 2020

Black Up se lance dans les produits capillaires! Mon avis.


Connaissez-vous les produits capillaires Black Up? La marque se lance dans les soins pour cheveux bouclés, crépus et défrisés avec la gamme Pro Haircare. 

J’ai eu la chance de recevoir quatre produits: un avant-shampooing, un shampooing, un leave-in et une huile.

Retrouvez vite mon avis en vidéo!



J’attends vos retours.

Des bisous.

dimanche 23 février 2020

Karethic : des soins éthiques pour se chouchouter



Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter une gamme de produits bio, réalisés de manière équitable, cruelty free et vegan avec comme ingrédient de base le Karité : Karethic !
Cette entreprise familiale s’est donnée pour mission, outre la mise sur le marché de bons soins, de faire connaître l’arbre qui permet d’obtenir le Karité et de valoriser le savoir faire des femmes africaines puisque les matières premières viennent du Bénin.

J’ai reçu ces produits du site Yopo , plateforme qui permet aux habitants d’outre-mer d’avoir accès, à coûts maîtrisés, à des produits qui collent à notre mode de vie et à nos besoins mais qui généralement ne sont pas livrés chez nous, cela selon le principe des ventes éphémères, un peu comme showroomprivé.com !  (bien sûr, ils livrent partout, mais l’enjeu est surtout de satisfaire les populations locales souvent exclues de certains marchés de biens et de services.)


J’ai donc reçu 6 produits et l’heure est venue pour moi de vous donner mon avis à leur sujet.


LE SORBET D’ANANAS

Cette mousse nettoyante et exfoliante s’appuie sur la combinaison du grand cru de karité et les enzymes d’ananas pour nettoyer et purifier la peau tout en la laissant douce et pleine d’éclat.

Mon avis.

Packaging : tube mou très pratique pour la distribution du produit jusqu’à la dernière goutte.

Parfum: légèrement sucré, il est très doux et agréable.

Texture: le produit se présente sous la forme d’un gel qui une fois au contact de l’eau promet de se transformer en mousse. Je trouve que la texture se transforme  plutôt en lait en cours d’utilisation, mais dans tous les cas, c’est un bonheur à utiliser. Il n’y a pas de grains à l’intérieur. L’exfoliation se fait vraiment en douceur uniquement grâce à l’action des enzymes d’ananas.

Bilan: j’ai aimé utiliser ce produit. Ma peau était respectée et nettoyée avec délicatesse mais efficacité. Après rinçage un léger voile d’hydratation accentuait sa douceur. C’est un produit que je recommande, même aux peaux les plus sensibles.

🌺🌺🌺🌺 / 5



- - -


LE NECTAR DE JEUNESSE

Ce produit est l’un de mes deux coups de cœur de la gamme. Ce sérum éclat est spécialement conçu pour redonner un coup de peps aux peaux marquées par le soleil et/ou le poids du temps. (alors, me concernant c’est surtoutle soleil et les tâches pigmentaires d’acné mais le processus de soin est singulièrement le même!) Il s’appuie notamment sur l’eau florale de citron et le miel de fleur de karité pour unifier le teint et redonner de l’éclat à la peau.

Mon avis.

Packaging : un flacon en verre (on pense au recyclage) doté d’une pipette pour délivrer la juste dose de produit, je valide totalement.

Parfum: j’aurai du mal à le décrire car très peu commun, légèrement sucré mais très agréable dans tous les cas.

Texture: il s’agit d’un lait très aérien qui pénètre rapidement la peau. Une pipette suffit amplement. Inutile d’en mettre deux sous peine de voir pelucher le surplus.

Bilan: j’ai eu quelques poussées d’acné ces derniers temps à cause de mon changement d’alimentation et du nettoyage de mes organes internes lié à ma détox, du coup je dis merci à ce produit qui  a clairement contribué à éviter que je ne développe des tâches et m’a permis, malgré la fatigue et le stress de garder le teint frais. Je n’avais jamais utilisé de produit de ce type et il m’a directement convaincue. Un must have.

🌺🌺🌺🌺🌺 / 5


- - -


LA CRÈME HYDRAMATIFIANTE

Vous le savez, j’ai la peau mixte à grasse. Dès lors, je m’oriente le plus souvent vers des textures lait ou gel pour l’hydratation de mon visage, ce d’autant que, vivant dans une île au climat tropical, je dois jongler entre le sébum et la transpiration. J’étais donc très intéressée de découvrir  un produit à base de beurre de karité promettant de matifier ma peau.

Mon avis.

Packaging : tube mou, également très pratique pour se servir.

Parfum: très léger mais très agréable en raison de la présence de poudre de riz. (Qui se rappelle de mon amour pour cette odeur et des bougies Le Père Pelletier que j’achetais chez France Loisirs?)

Texture : c’est une vraie crème à la texture riche et un peu épaisse.

Bilan: j’ai été très étonnée de constater que cette crème tenait ses promesses. Malgré une texture riche, qui pénètre tout de même rapidement, je n’ai pas eu plus de brillance que d’ordinaire et ma peau était très bien nourrie. Pour autant, ce produit est trop épais pour moi en journée, je l’utilise donc exclusivement le soir car en journée, entre la chaleur et le maquillage, ce n’est juste pas possible ! Cela dit, pour les personnes qui vivent en hexagone, ne se maquillent pas ou ont la peau sèche (même aux Antilles) cette crème sera parfaite. Un bon soin au quotidien.

🌺🌺🌺🌺 / 5


- - -


L’HUILE MAJESTUEUSE - L’AFRICAINE

Ce produit est clairement mon produit préféré de toute la gamme. Quand j’ai découvert qu’il avait été élu meilleur produit bio 2018 (par un jury de consommateurs) et qu’il était recommandé en 2020 par l’observatoire des cosmétiques, j’ai été encore plus convaincue ! Cette huile multi usages promet de nourrir en profondeur et de revitaliser la peau et les cheveux.

Mon avis.

Packaging : une bouteille en verre équipée d’un spray pour se servir, c’est pratique et ça évite les accidents. (les mains grasses qui glissent => la bouteille qui se renverse etc parole de gaffeuse, avec un spray c’est mieux!)

Parfum: vous voyez quand vous allez au spa et que l’odeur des huiles vous invite au voyage et vous transporte littéralement... eh bien ce produit fait pareil et c’est un pur bonheur olfactif. Il est recommandé de faire chauffer quelques gouttes d’huile au creux des mains puis de les sentir avant de finalement appliquer le produit en massant. Je dois dire que prendre le temps de mobiliser plusieurs sens en parallèle durant l’application a clairement contribué à ce que cette huile conquière mon cœur. Et, très important, la fragrance et les ingrédients de ce produit sont 100% naturels.

Texture: je n’irai pas jusqu’à dire qu’il s’agit d’une huile sèche mais le fini sur la peau n’est pas gras et la peau est vraiment souple et soyeuse. On n’a pas l’impression d’avoir plongé dans une friteuse ! C’est agréable.

Bilan: cette huile fait désormais partie intégrante de mon rituel du dimanche. Elle me procure un véritable bien-être de part son parfum délicat et envoûtant, et laisse ma peau nourrie, souple et douce durant plusieurs jours. Je ne l’ai jamais testée sur mes cheveux mais si c’est ultérieurement le cas, je vous ferai un update. En tout cas, avec une telle composition (huiles de karité, de baobab, de moringa et d’argan) ce produit ne peut que faire du bien!

🌺🌺🌺🌺🌺 / 5


- - -


L’ABSOLU DE KARITE

Ce produit porte bien son nom: l’absolu! Il s’agit d’un beurre de karité pur et non traité, vegan, cruelty free, bio et équitable. Il est également sans parfum. Après, on aime ou on n’aime pas mais au moins, pas de surprise!

Mon avis.

Packaging : le pot de 50 ml est en verre brun, recyclable ou réutilisable.  Le fait que le récipient soit opaque permet de protéger le produit, notamment de la lumière et de la chaleur et je trouve ça très intéressant que la marque y ait pensé. Je pense le garder pour mes petits gommages maison et autres soins de petits volumes.

Parfum: ha ben ça sent le karité hein. Je sais que l’odeur n’est pas du goût de tout le monde donc je préfère le signaler mais pour ma part, ce n’est pas dérangeant, même si, on ne va pas se mentir, ça ne sent pas spécialement bon.

Texture: le beurre a une consistance très épaisse. Il faut commencer par faire chauffer une noisette de produit dans le creux des mains avant de l’appliquer afin que ce soit plus pratique à utiliser.

Bilan: j’applique ce beurre sur les parties les plus problématiques et très sèches de mon corps; les coudes, les genoux, les pieds et les petites zones d’eczéma qui surgissent quand je suis en période de stress. Ça me fait beaucoup de bien. Il répare, apaise et nourrit mon épiderme. 

🌺🌺🌺🌺 / 5


- - -


LE SAVON SURGRAS

Alors, il est très rare que j’utilise des savons solides, hormis pour nettoyer mes pinceaux donc je ne peux pas vraiment vous donner mon avis. Simplement je peux vous préciser qu’il s’agit d’un best seller de la marque et qu’il a été élu meilleur produit bio 2014 par un jury de consommateurs ! Donc si vous êtes adeptes de ce format, FON-CEZ!

- - -

Je suis extrêmement convaincue par ces produits car je n’ai eu que de belles surprises, ils sont efficaces, respectueux de ma peau et contribuent à mon bien-être. Si vous avez l’opportunité de tester cette marque qui en plus véhicule de belles valeurs, n’hésitez pas!

Et du coup, pour un premier test de la plateforme Yopo je suis ravie ! Hâte de voir quelles pépites ils nous réservent pour les semaines et les mois à venir. D’ailleurs, si vous ne connaissez pas, vous pouvez y aller les yeux fermés! Bons plans garantis! ( cliquez ici )

A bientôt, bisous.